Search & Find
  • Ministère de la culture et de la Communication
  • Inrap
  • MISHA
  • UHA
Accueil
Accueil   >   Chantiers et missions archéologiques   >   Caričin Grad (Serbie)

Caričin Grad (Serbie)

Le site de Caričin Grad (fig. 1), qui se trouve en Serbie du Sud à une cinquantaine de kilomètres au Sud de Niš, doit sans doute être identifié à Justiniana Prima, la ville fondée par l’empereur Justinien Ier (527-565) près du lieu de sa naissance. C’est un site d’éperon barré d’environ 9 hectares, que des remparts en dur divisent en trois parties : Acropole, Ville Haute (fig. 2) et Ville Basse. L’espace intra muros est surtout occupé par des bâtiments publics et des résidences officielles, alors que la majeure partie de l’habitat ordinaire se trouvait à la périphérie, protégée par des fossés, des murs secondaires et de simples palissades, si bien que la totalité de l’espace occupé devait être de 20 à 25 hectares.

Ce site présente la double particularité d’être une création artificielle de Justinien, vers 535, et d’avoir connu une existence très brève, puisqu’il fut abandonné au moment des invasions avaro-slaves, vers 615 : au total donc, moins d’un siècle. D’où son importance scientifique exceptionnelle. Il est particulièrement propice à trois types de recherches : l’étude de l’urbanisme protobyzantin, l’étude de l’habitat et des modes de vie au VIe siècle dans les Balkans, et l’étude des contacts entre Byzantins et « envahisseurs ». Les objets de Caričin Grad (fig. 3) notamment peuvent servir de point d’ancrage pour l’étude du mobilier d’autres sites occupés sur une plus longue durée.

Quelques objets de Caričin Grad

Historique de la Mission

Les premières fouilles serbes remontent à 1912, et ont continué malgré plusieurs interruptions jusqu’en 1976. La collaboration franco-serbe a commencé en 1978, et s’est poursuivie dans le cadre d’accords généralement quadriannuels conclus entre l’Institut archéologique de Belgrade et l’École française de Rome ; elle n’a été interrompue qu’entre 1991 et 1996. Dès l'origine, la mission a été constamment ouverte à la participation d'étudiants de l'Université de Strasbourg (généralement 2 ou 3 par an), dans le cadre de leur formation de licence ou de master. Les publications majeures prennent place dans la Collection de l’École française de Rome.

  • Le premier projet franco-serbe (1978-1984) comprenait deux volets. Une équipe dirigée par N. Duval et V. Popović a mené des fouilles de révision sur des églises isolées (Caričin Grad I), puis sur l’ensemble des monuments de l’Acropole (Caričin Grad III), tandis qu’une autre équipe, avec à sa tête J.-M. Spieser et V. Kondić, étudiait dans le quartier sud-ouest de la Ville Haute un ensemble de bâtiments où l’on put reconnaître une forme tardive de principia (bâtiment d’état-major, fig. 4) (Caričin Grad II).
  • En 1984 commença la fouille d’un vaste quartier d’habitation situé dans l’angle sud-ouest de la Ville Basse (fig. 5) ; interrompu par la guerre en 1991, ce travail reprit en 1997 et s’acheva en 2004. À cette occasion, le tracé de la rue sud de la Ville Basse fut précisé, et une importante partie de ses remparts - la partie occidentale du rempart sud et le rempart ouest sur quelque 50 m - fut mise au jour, y compris la grande porte centrale sud et la tour de l’angle sud-ouest, par où l’aqueduc pénétrait dans la ville. Cette fouille d’habitat fut complétée, de 2005 à 2008, par celle de la tour d’angle sud-est et de ses abords.
  • De 2011 à 2013 nous avons, à la demande de l’Institut de Protection des Monuments historiques de Niš, achevé le dégagement du rempart de l’Acropole : fouille de 5 tours, de deux poternes, des segments de courtine intermédiaires et de leurs escaliers d’accès.

Opérations en cours

Recherches au Nord de l’Acropole


Depuis 2009, nous avons entrepris l’étude du quartier nord de la Ville Haute. Cette recherche prolonge une réflexion qui avait porté sur les circulations sur l’Acropole, et plus particulièrement sur les différents accès à la grande salle d’audience située au nord de la rue principale (fig. 6) : la porte donnant directement dans l’abside carrée de cette salle était probablement réservée à la plus haute autorité, c’est-à-dire à l’évêque. La présence d’une poterne du rempart (dite « poterne c’ ») juste derrière l’abside laissait supposer que l’évêque accédait à la salle (identifiée au secretarium) par l’arrière, et que donc la résidence épiscopale se trouvait au Nord de l’Acropole.

Cette exploration a pris surtout jusqu’à présent la forme d’un large décapage, méthode d’investigation possible à Caričin Grad parce que l’écrêtement des murs n’y est souvent couvert que par l’humus de surface (fig. 7). Le quartier apparaît, à l’issue de ce décapage, constitué de quatre éléments (fig. 8) :

  • À l’Ouest, des habitations, du même genre que celles du quartier sud-ouest de la Ville Basse mais dépourvues de cours, sont serrées les unes contre les autres et disposées en rangées qui suivent les courbes de niveau.
  • Au centre, deux bâtiments orientés Sud-Ouest/Nord-Est, longs de plus de 50 m et séparés par un couloir, constituent un véritable écran qui divise tout le quartier.
  • Au Sud, une série de constructions s’aligne sur le rempart de l’Acropole tout en laissant libre l’accès à la poterne c’.
  • À l’Est un grand bâtiment rectangulaire (28,50 x 12,30 m), seul du quartier construit en opus mixtum, est pourvu d’un vestibule à l’Ouest et est divisé en deux nefs par une file de piliers axiaux (on peut penser à un horreum). Il entretient une relation qui reste à préciser avec un bâtiment (dit « à piliers ») implanté le long de la rue nord de la Ville Haute, et dont deux pièces avaient été fouillées en 1952-1953.

Le principal axe de circulation du quartier est un passage parallèle au rempart de l’Acropole, et qui se tient à environ 15 m de celui-ci. Ce passage, qu’on gagnait au plus court depuis la poterne c’, débouche à l’Est dans une vaste cour située à l’arrière du « bâtiment à piliers ». Il est clair que la résidence épiscopale, au sens étroit du terme, ne peut guère être cherchée que dans ce secteur oriental.

Autres opérations en cours

Depuis une dizaine d’années, l’architecte Vladan Zdravković réalise des restitutions en 3D de la plupart des bâtiments de Caričin Grad, qu’il complète et corrige au fur et à mesure des découvertes. Il travaille actuellement à la restitution d’ensemble de la ville dans son environnement proche.

En 2011, un relevé de terrain selon la technique du LiDAR topographique a été effectué sur une superficie de 12 km2 autour du site. L’exploitation du DTM (« Digital Terrain Model ») a déjà reçu deux applications. D’une part, un rempart avancé en dur (sorte de parateichion) a été découvert, qui protège la pente au Nord-Est et à l’Est du site sur environ 4,5 ha. D’autre part, les derniers kilomètres de l’aqueduc se lisent bien sur le DTM ; des prospections de terrain ont permis à nos collègues serbes de remonter de là jusqu’au captage (à Petrova Gora, au pied du mont Radan). Cette détermination du tracé de l’aqueduc sur toute sa longueur permet d’envisager un programme sur l’eau à Caričin Grad.

L’étude de la faune a reçu une impulsion nouvelle en 2012 avec l’intégration à l’équipe de l’archéozoologue Nemanja Marković. De plus, une collaboration a été nouée en 2013 avec le Römisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence (RGZM) qui présente un programme concernant un double champ d’investigation : d’un côté la provenance et le traitement des matériaux (métaux, verre, etc.), de l’autre les études paléoenvironnementales et paléoclimatiques. Ce programme sur trois ans (2014-2016) a été amorcé dès 2013 par des prélèvements de paléorestes végétaux effectués par la paléobotaniste Anna Reuter. La coopération tripartite a été formalisée par des accords conclus entre le RGZM et l’IAB d’une part, le RGZM et l’EFR d’autre part.

Équipe et cadre institutionnel

Responsables et participants

Partie française : Bernard Bavant (directeur de mission, UMR 7044), Catherine Vanderheyde (UdS et UMR 7044), Catherine Duvette (architecte, UMR 7044)

Partie serbe : Vujadin Ivanišević (directeur du projet, IAB), Vesna Bikić (céramologue, IAB), Ivan Bugarski (IAB), Milena Kostić (architecte), Uglješa Vojvodić (dessinateur), Aleksandar Stamenković (topographe), Nemanja Marković (archéozoologue, IAB), Vladan Zdravković (architecte)

Partie allemande : Stefanie Wefers (responsable du projet, RGZM), Rainer Schreg (RGZM), Jörg Drauschke (RGZM), Susanne Greiff (RGZM), Christian Miks (RGZM), Anna Reuter (RGZM)

Partenariats

Partenariats français : Ministère des Affaires étrangères ; École française de Rome ; Centre national de la Recherche scientifique (UMR 7044, Strasbourg) ; Université de Strasbourg (UdS)

Partenariats serbes : Arheološki Institut Beograd (IAB) ; Zavod za zaštitu spomenika kulture u Nišu ; Narodni Muzej Leskovac

Partenariat européen : Römisch-Germanisches Zentralmuseum Mainz (RGZM)


Pour en savoir plus sur Caričin Grad sur le site archeographe.net
Visionner les restitutions 3D de Vladan Zdravković sur le site You Tube

Ou retour aux programmes de recherche de l'équipe TEO


Textes de B. Bavant
Pour toutes questions relatives à la mise en place de cette page, contactez catherine.duvette(at)misha.fr

Revue Archimède

Flux RSS

oct. 14 2017

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution d’un nouveau volume de la collection Études...

oct. 14 2017

C'est avec plaisir que nous annonçons la parution de l'ouvrage Pseudo-Xénophon. Constitution des...

sept. 24 2017

Le Laboratoire Archimède UMR 7044 a le plaisir d'accueillir un nouveau membre titulaire,...

sept. 22 2017

En collaboration avec l’IRMA (Institut de Mathématique avancée), l’IREM (UFR de Mathématique et...

août 4 2017

La rubrique « Vie des laboratoires » de l’InSHS met en avant l'étude "Ancient European dog genomes...

juil. 24 2017

La mission archéologique de Caričin Grad (Serbie) 2017, à laquelle participe plusieurs membres et...

juil. 15 2017

La statue colossale de Ramsès II, prêtée au Musée de Karlsruhe à l'occasion d'une exposition, a...

juin 7 2017

Le nouveau numéro d’Archimède. Archéologie et histoire ancienne (4, 2017) vient de...

Flux RSS

Le 19 octobre 2017
De 18h00 à 20h00
Starsbourg, Campus de l'Eslanade, Portique, salle 412

Dans le cadre des SÉMINAIRES PLURIDISCIPLINAIRES ÉDITIONS DES TEXTES ANCIENS, MEDIÉVAUX,...

Le 20 octobre 2017
De 08h45 à 18h00
Strasbourg, campus de l'Esplanade

Master Interdisciplinaire des Mondes de l’Antiquité (MIMA) Le séminaire commun interdisciplinaire...

Du 2 novembre 2017 au 4 novembre 2017
Salle des Conseils (MU, Mulhouse), Salle des Conférences (MISHA, Strasbourg)

Le CBR organise un colloque international pour célébrer ses 20 ans. Cette rencontre scientifique,...

Le 15 novembre 2017
De 17h00 à 18h00
Librairie Kléber, Strasbourg

Dans le cadre du cycle des conférences d'Histoire organisées par la Faculté des Sciences...

Le 17 novembre 2017
à préciser, Strasbourg

Le colloque La réflexion politique et la réalité historique de l’utopie dans les mondes...

Le 15 mars 2018
De 19h00 à 20h00
le 15 mars 2018 (19h-20h, Salle 409, Portique, Campus de l'Esplanade, Strasbourg

Dans le cadre des SÉMINAIRES PLURIDISCIPLINAIRES ÉDITIONS DES TEXTES ANCIENS, MEDIÉVAUX,...