Search & Find
  • Ministère de la culture et de la Communication
  • Inrap
  • MISHA
  • UHA
Accueil
Accueil   >   Programmes de recherche   >   Équipes   >   Équipe II : Histoire culturelle et anthropologique des mondes grec et romain   >   Normes, genre et sexualité dans les sociétés grecque et romaine

Normes, genre et sexualité dans les sociétés grecque et romaine

Responsables : Sandra Boehringer, Airton Pollini et Luana Quattrocelli

Ce projet propose une étude du rôle et de la place des individus dans les sociétés antiques dans une perspective axée sur les notions heuristiques du genre, de la sexualité et de la communauté politique. Il s’agit d’analyser les catégories d’appartenance, d’intégration ou d’exclusion, en essayant de comprendre comment un individu ou un groupe d’individus intègre – ou non – une société ou une collectivité donnée.

Un des objectifs est de mettre au jour la façon dont s’élaborent et fonctionnent les normes qui régulent les comportements individuels dans une communauté politique, ainsi que les multiples critères qui déterminent l’appartenance d’un individu à un corps civique ou à un groupe social défini. Comment agissent les normes qui permettent de classer et de catégoriser les hommes et les femmes ? Quelle importance revêtent les identités de sexe, les comportements sexuels, la classe d’âge, les statuts, la situation économique dans ces processus ?

Une attention particulière est portée aux pratiques culturelles et aux différentes procédures par lesquelles l’individu antique collabore à l’entreprise collective de la construction de l’humain, une pratique identitaire que l’anthropologue et l’historien nomment anthropopoiesis : la construction des corps, le contrôle de la sexualité, les usages de la reproduction et de la parenté, les rites d’initiation et les multiples pratiques religieuses, musicales et discursives, selon la définition de Claude Calame, relèvent de ce champ.

Cette démarche s’appuie sur les avancées de l’anthropologie culturelle, de l’archéologie historique, de la pragmatique des discours et sur les apports de l’histoire du genre et de la sexualité, qui constitue actuellement un aspect riche et fécond du champ des études anciennes.

Les activités scientifiques de cette opération se déploient en trois champs d’action complémentaires et convergents.


Action 1 : « Normes et voix subalternes »

Les développements récents de l’anthropologie culturelle (subaltern studies), de l’archéologie historique et des études de genre ouvrent des perspectives nouvelles sur la façon dont s’élaborent les identités et les communautés. Qu’est-ce qui « fait » lien ? Quels sont les critères (statuts sociaux, genre, ethnicité, etc.) qui incluent et construisent l’altérité ?  Quelles sont les catégories intermédiaires entre intégration pleine et exclusion totale ? Il s’agit pour l’historien et l’anthropologue de dissocier les voix dominantes des voix majoritaires et d’être sensible à d’autres procédures discursives permettant d’accéder aux catégories dites subalternes. Cette action associe les chercheurs de l’opération « Normes, genre et sexualité » à ceux du Cresat (EA 3436), dans le cadre d’une réflexion sur les marges et la construction culturelle et sociale du paria (C. Borello et A. Pollini).

Action 2 : « Corps vulnérable et intégrité corporelle »

Cette action associe deux réflexions, une approche transdisciplinaire, le séminaire « Corps vulnérable. Normes éthiques et politiques de l’intégrité corporelle et de la sexualité » (dir. S. Boehringer et E. Ferrarese, en collaboration avec le laboratoire « Cultures et sociétés en Europe » FRE 3578 et le soutien du Conseil Scientifique de l’UdS et de l’Institut du genre, CNRS), et une approche spécifiquement consacrée à l’Antiquité grecque et romaine, par le biais d’une réflexion sur les souillures sexuelles comme atteinte à l’intégrité corporelle (resp. Marie Augier).

Action 3 : « Les mots, les pratiques : les catégories de la sexualité »

Cette action a pour objectif d’associer les travaux de spécialistes de l’Antiquité, en particulier ceux portant sur le lexique de la sexualité, avec les récentes avancées en matière de genre, d’histoire sociale et de la sexualité. Il s’agit d’élaborer un outil utile dans le champ de l’anthropologie et des sciences de l’Antiquité, en matière de genre et de sexualité. Cette démarche exige de reprendre la documentation antique sous l’angle de la construction du genre et d’étudier le lien qu’établissaient les Anciens entre des caractéristiques individuelles et des pratiques spécifiques (les pratiques sexuelles). Cette entreprise bénéficiera des apports d’une autre entreprise collective, la traduction d’un ouvrage fondateur Before Sexuality, The Construction of Erotic Experience in the Ancient Greek World, dir. David M. Halperin, John J. Winkler, Froma I. Zeitlin, Princeton University Press, Princeton New Jersey, 1990, aux éditions EPEL. L’ensemble des deux projets met en relation une trentaine de chercheurs.

Participants

Membres de l’UMR (titulaires et associés) :

Sandra Boehringer, Airton Pollini, Marie Augier, Anne Jacquemin, Luana Quattrocelli.

Collaborateurs (France) :

Adeline Adam (CERILAC, EA4410), Lydie Bodiou (HERMA, EA 3811), Céline Borello (CRESAT EA 3436), Florence Bourbon (Laboratoire Orient et Méditerranée UMR 8167), Romain Brethes (EFiGiES Antiquité), Michel Briand (FoReLL EA 3816), Claude Calame (ANHIMA UMR 8210), Antoine Chabod (EFiGiES-Strasbourg), Adeline Grand-Clément (PLH-ERASME EA 4601), Violaine Sebillotte Cuchet (ANHIMA, UMR 8210), Marine Bretin-Chabrol (HiSoMa UMR 5189), Madalina Dana (ANHIMA, UMR 8210), Jean-Pierre De Giorgio (CeLiS EA 1002, Clermont-Ferrand), Charles Delattre (ArScAn UMR 7041), Gaëlle Deschodt (ANHIMA, UMR 8210), Florence Dupont (CERILAC, EA4410), Arianna Esposito (ArTeHiS, UMR 6298), Estelle Ferrarese (LCSE, FRE 787), Claire Jaqmin (CRAHAM, UMR 6273), Stavroula Kefallonitis (HiSoMa, UMR 5189), Irène Kyriakou (Institut Émilie du Châtelet, ANHIMA, UMR 8210), Cécilia Landau (Carra, EA 3094), Laurie Laufer (CRPMS EA 3522), Peggy Lecaudé (Linguistique et lexicographie latines et romanes, EA 4080), Sophie Montel (ISTA, EA 4011), Sandra Pére Nogues (TRACES, UMR 5608), Maxime Pierre (CERILAC, EA 4410), Luana Quattrocelli (Carra, EA 3094), Olivier Renaut (Sophiapol, EA 3932), Stéphanie Wyler (ANHIMA, UMR 8210)

Collaborateurs d’institutions étrangères :

Ruby Blondell (University of Washington, États-Unis), Glaydson J. Da Silva (Univ. fédérale de São Paulo, Unifesp, Brésil), Anderson Martins Esteves (Univ. fédérale de Rio de Janeiro, UFRJ, Brésil), David Halperin (University of Michigan, États-Unis), Mark Masterson (University of Wellington, Nouvelle Zélande), Kirk Ormand (Oberlin College, États-Unis), Claude Pouzadoux (Centre Jean Bérard, Naples), Nancy Rabinowitz (Hamilton College, États-Unis), Cesare Zizza (Univ. Pavia, Italie), Fabio Vergara Cerqueira (Universidade Federal de Pelotas, Brésil)

Partenariats :

Culture et société en Europe (FRE 787), Efigies-Antiquité, Institut du Genre (CNRS), ANHIMA (UMR 8210, axe « Logiques de genre »), Cresat (EA 3436, UHA).

Revue Archimède

Flux RSS

août 4 2017

La rubrique « Vie des laboratoires » de l’InSHS met en avant l'étude "Ancient European dog genomes...

juil. 24 2017

La mission archéologique de Caričin Grad (Serbie) 2017, à laquelle participe plusieurs membres et...

juil. 15 2017

La statue colossale de Ramsès II, prêtée au Musée de Karlsruhe à l'occasion d'une exposition, a...

juin 7 2017

Le nouveau numéro d’Archimède. Archéologie et histoire ancienne (4, 2017) vient de...

mai 3 2017

Mme Marie STAHL, membre d'Archimède UMR 7044 et cheffe du service de la documentation patrimoniale...

mai 2 2017

Le quatrième numéro de la revue électronique Archimède. Archéologie et histoire ancienne sera mis...

avril 29 2017

"Avec le documentaire Ana ziqquratim - Sur la piste de Babel, Olivier Dantzer, réalisateur, et...

avril 7 2017

« Syrie, les derniers remparts du patrimoine », un documentaire de Jean-Luc Raynaud sera projeté...