Search & Find
  • Ministère de la culture et de la Communication
  • Inrap
  • MISHA
  • UHA

Archimède 1. 2014. Actualité. La Gaule Belgique, un carrefour d’influences...


La Gaule Belgique, un carrefour d’influences : l’exemple des monnayages d’or (IIIe – Ier s. av. J.-C.)

Auteur

Charlotte PARISOT-SILLON, Doctorante en histoire bénéficiant d’une bourse de la Région Centre, travaillant sous la direction de Bernard Gratuze, Stephan Fichtl et sous le co-encadrement de Sylvia Nieto-Pelletier ; IRAMAT, Centre Ernest-Babelon, UMR 5060, CNRS, Université Orléans. charlotte.sillon(at)gmail.com.


RÉSUMÉS : français - english           CITER CET ARTICLE : réf. électronique


Résumé

Au croisement des Germains, Celtes, Belges et Bretons, la Gaule Belgique constituait comme un espace de contacts et d’échanges entre différentes cultures protohistoriques. Les données numismatiques permettent d’éclairer ces interactions. En particulier, l’étude des monnaies d’or frappés entre la Seine et le Rhin révèle toute une variété de phénomènes, allant de l’imitation et l’appropriation de types monétaires étrangers au caractère précoce et importante de la diffusion des émissions en or. La typologie monétaire permet déjà de mesurer cette « situation de carrefour ». En effet, la majorité des monnaies d’or frappés en Gaule Belgique reproduit et adapte une iconographie particulière, dite « type belge », qui est apparue originellement dans les vallées de la Somme et de la Moselle et qui se diffuse à partir de la fin du IIe s. av. J.-C. Hormis les échanges internes à la Gaule Belgique, on observe également l’influence de monnayages externes – germaniques, armoricains, romains – qui se traduit par l’emploi d’éléments typologiques spécifiques. De même, les monnaies belges et leur type se diffusent aux marges de la région étudiée, soit en Bretagne Insulaire et jusque sur le territoire des Parisii. Les nouvelles données issues de l’analyse élémentaire des monnaies, en particulier l’observation des concentrations en platine et de palladium, permettent d’établir plusieurs signatures chimiques, auxquelles pourraient correspondre autant de stocks métalliques. Suivant cette méthode, il semble possible de retracer leur circulation, qui n’apparaît pas confinée à la Gaule Belgique. Ainsi, on peut poser l’hypothèse de l’utilisation de plusieurs stocks d’or durant le Ier s. av. J.-C. En outre, il apparaît que la typologie monétaire de la région comprise entre la Seine et le Rhin ne peut être comprise qu’à la lumière de ses interactions avec d’autres cultures européennes.

Mots-clés : Analyse élémentaire, Échanges, Gaule Belgique, Monnaie d’or.

Abstract

At the crossroads of the Germans, the Celts, the Belgians and the Britons, Belgic Gaul was a place for contacts and exchanges between different protohistoric cultures. Numismatic data shed light on these interactions. In particular, the study of gold coins minted between the Seine and the Rhine reveals a variety of phenomena, from the imitation and the appropriation of foreign monetary types to the earliness and importance of the diffusion of gold currencies. Monetary typology allows evaluation of this ‘crossroads situation’. Indeed, the majority of gold coins minted in Belgic Gaul reproduce and adapt a particular iconography, the so-called ‘Gallo-Belgic type’, which appeared at first simultaneously in the Somme Valley and the Moselle Valley and which was spread by the end of the IInd century BC. Alongside the internal exchanges in Belgic Gaul, there is also the influence of external coinages – Germanic, Armorican, Roman –, which results in the use of specific typological elements. Moreover, the Belgic currencies and type were spread to the margins of the studied region, i.e. in Britain and, even, into the territory of the Parisii. The new data collected from the elementary analysis of currencies, in particular the observation of platinum and palladium concentration, allow the identification of several chemical signatures, which could correspond to metal stocks. According to this method, it seems possible to trace their spread, which does not appear confined to Belgic Gaul. Thus, one can hypothesize that several gold stocks were used during the Ist century AD. Furthermore, it appears that monetary typology of the region between the Seine and the Rhine can only be understood in the light of its interactions with other European cultures.

Keywords : Elementary analysis, Exchanges, Belgic Gaul, Gold coin.

Citer cet article

C. PARISOT-SILLON, « La Gaule Belgique, un carrefour d’influences : l’exemple des monnayages d’or (IIIe – Ier s. av. J.-C.) », Archimède [En ligne] 1, 2014, p. 272-280. Mis en ligne le 5-11-2014. URL : http://archimede.unistra.fr/revue-archimede-2/archimede-1-2014/archimede-1-2014-actualite-la-gaule-belgique-un-carrefour-dinfluences/

Droits d'auteur

Tous droits réservés


Revue Archimède

Flux RSS

mars 12 2019

La MSH-Sud et les équipes de recherche LERASS-Ceric (EA-827) et RUDII (UMR 5218 CNRS-INP) lancent...

mars 7 2019

Site archéologique du Bois-l'Abbé en forêt d'Eu (76) du 09 juin au 30 août 2019                ...

mars 5 2019

La disparition brutale de Catherine Duvette nous affecte tous douloureusement car partout où elle a...

févr. 28 2019

  La ville de Strasbourg s’est construite à partir du camp d’Argentorate.L’archéologue Gertrud...

févr. 27 2019

REGARDS SUR BYZANCE PEINTURES DES EGLISES RUPESTRES DE CAPPADOCE Photographies de Jean-Marie...

janv. 29 2019

Chères collègues, chers collègues, Dans le cadre de l’opération scientifique « La classe...

janv. 24 2019

Résultat de jury Pour la dixième année, la Fondation Marc de Montalembert a décerné, en...

Flux RSS

Le 4 avril 2019
De 18h00 à 19h00
Strasbourg, MISHA, Salle Afrique

Julien Fournier (UMR 7044 Archimède) Une cité grecque dans l’empire. Thasos à l’époque de...