Search & Find
Revue Archimède
  • Ministère de la culture et de la Communication
  • Inrap
  • MISHA
  • UHA

Archimède 6. 2019. Dossier 2. Astragaloi on Greek Coins of Asia Minor

Astragaloi on Greek Coins of Asia Minor

Auteur

Richard. H.J. ASHTON, Londres, Royal Numismatic Society, rhjashton@hotmail.com

Télécharger le texte complet - Download the full text


RÉSUMÉS : français english           CITER CET ARTICLE : réf. électronique


Résumé

 

Les astragales se trouvent fréquemment sur les monnaies grecques, aux côtés d’autres symboles subordonnés servant à démarquer les étapes successives d’une émission particulière. Beaucoup plus significatifs sont les cas rares où l’astragale est le type principal ou un type secondaire qui est invariable ou régulier. En Asie mineure de tels cas se limitent, presque sans exception, à la région qui va de Chypre/Cilicie jusqu’en Lycie, et à un groupe de villes en Ionie occidentale et ses alentours qui se distinguent par leur proximité au centre oraculaire de Claros. En ce qui concerne ces deux régions, l’astragalomancie est attestée dans d’autres sources.

La plupart des émissions monétaires s’échelonnent entre la fin du Ve et le début du IIIe siècle av. J.-C., avec un nombre plus élevé dans la première moitié du IVe siècle av. J.-C. ; à une pause jusqu’au temps des Sévères succède une période pendant laquelle plusieurs cités représentent sur leurs monnaies des enfants jouant aux astragales devant une statue de culte. Dans les deux régions, la plupart des types avec des représentations d’astragales se limite à un monnayage d’argent de petite dimension ou de bronze. L’explication de ces deux phénomènes reste incertaine. 

À Calcédoine sur le Bosphore, où se trouvait un oracle d’Apollon, un astragale est le type principal sur l’avers de quelques petites monnaies en bronze du IVe siècle av. J.-C.

Puisque presque tous les exemples monétaires figurant un astragale, comme type principal ou signe fixe, appartiennent aux régions où l’astragalomancie est attestée dans d’autres sources, l’attention des historiens et archéologues pourrait gagner à se porter sur les cas, beaucoup plus rares, où des astragales se trouvent sur les monnaies de cités comme Antandros du Troade, dont aucune source ne laisse présumer d’un lien avec l’astragalomancie, du moins jusqu’à présent. 

Mots-clés : Antandros, astragale(s), astragalomancie, Calchédoine, Chypre, Cilicie, Claros, Ionie, Lycie, Pamphylie, Pisidie.


Abstract

Astragaloi appear frequently on Greek coins as one of a range of subordinate symbols, which demarcate individual issues within larger series. More significant are the rarer cases where astragaloi appear as the main type, or as an invariable or regular sub-type. Within Asia Minor such cases are confined, with few exceptions, to a region stretching from Cilicia/Cyprus to Lycia, and to a cluster of cases in and near western Ionia, where the common denominator seems to be proximity to the oracle at Claros. In both regions astragalomancy is attested in other sources. Most of the coins concerned date from the late fifth to the early third centuries BCE, especially the first half of the fourth century; then there is a gap until the Severan period and later when several cities depict on coins children playing astragaloi before a cult-statue. In both regions astragaloi usually appear as main types on small silver denominations and on bronze coins, and not on larger silver denominations. Both phenomena at present elude convincing explanation.

At Kalchedon on the Bosporus, which had an oracle of Apollo, an astragalos appears as the main obverse type on some small, rare, fourth century bronzes. In general, given that almost all occurrences of astragaloi on coins as main types or invariable symbols belong to regions where astragalomancy is attested from other sources, in the much rarer cases where astragaloi feature prominently on coins of cities (e.g. Antandros in the Troad) where there is no other evidence for astragalomancy, it could be profitable for historians and archaeologists to keep an alert eye open for it.     

Keywords: Antandros, astragaloi, astragalomancy, Cilicia, Cyprus, Klaros, Ionia, Kalchedon, Lycia, Pamphylia, Pisidia.


Citer cet article

R.H.J. ASHTON, « Astragaloi on Greek Coins of Asia Minor », Archimède. Archéologie et histoire ancienne [En ligne] 6, 2019, p. 113-126. Mis en ligne le 22/07/2019.

URL:https://archimede.unistra.fr/fileadmin/upload/DUN/archimede/Revue_Archimede_RAHA/N6_5.11.19/DosJ04_ASHTON.pdf

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Flux RSS

juil. 9 2020

cliquez sur l'image IF1185, ISBN 9782724707601 2020 IFAO Collection: BEC 27 1 vol. 376 p.62 € ...

juil. 6 2020

A. Boud’hors, E. Garel, C. Louis, N. Vanthieghem (éd.), Études coptes XVI. Dix-huitième journée...

juil. 6 2020

Édité par Carole Février, Michel Humm, Michel Matter Date de parution : juil. 2020 ISBN :...

juin 22 2020

aux éditions "Les Belles Lettres" L'anthologie de la  littérature grecque est un recueil de textes...

juin 9 2020

Chères et chers collègues, Nous sommes particulièrement heureux de vous annoncer, au nom du comité...

mai 22 2020

L'actualité de la recherche - Université de Strasbourg Pour tenter de déterminer si les produits...

mai 15 2020

L'université de Strasbourg propose un dispositif de soutien visant à accompagner les...

mai 7 2020

Pour la quinzième année, le Lambda Classical Caucus a décerné le Rehak Award, un prix qui distingue...

Flux RSS

Le 16 septembre 2020
De 09h00 à 18h00
Strasbourg, MISHA, salle des conférences

La journée du laboratoire initialement prévue le mercredi 18 mars, à la MISHA, salle des...

Le 12 octobre 2020
De 14h00 à 16h00
Strasbourg, MISHA, salle des conférences

Dans le cadre du cycle de conférences "Composer, écrire et transmettre le Coran au premier siècle...

Le 1 décembre 2020
De 17h00 à 19h00
Strasbourg, MISHA, salle des conférences

Dans le cadre du cycle de conférences "Composer, écrire et transmettre le Coran au premier siècle...